Prêt progressif

Découvrez un produit adapté aux jeunes ménages et aux fonctionnaires

Le prêt progressif est un prêt immobilier dont les mensualités augmentent chaque année en fonction d’un pourcentage connu à l’avance (en général de 1 ou 2%).

Peu connu du grand public (et parfois même des conseillers bancaires !), bien qu’il puisse souvent augmenter le pouvoir d’achat immobilier des emprunteurs ou permettre de diminuer le coût total du crédit immobilier, ce type de prêt fonctionne aussi bien sur un crédit immobilier à taux fixe que variable.

Le prêt progressif est un crédit qui prévoit une augmentation régulière de sa mensualité chaque année.
La plupart du temps, cette augmentation est de 1%, mais elle peut atteindre 1,5 ou 2%, selon la banque et la durée du prêt.

Exemple de prêt progressif :

Pour un prêt de 150 000€ sur 15 ans à un taux fixe de 2,05%, avec une hausse de 1% des mensualités par an, on obtient :

Année Mensualités
1 906,15 €/mois
2 915,21 €/mois
3 924,36 €/mois
4 933,60 €/mois
5 942,94 €/mois
6 952,37 €/mois
7 961,89 €/mois
8 971,51 €/mois
9 981,23 €/mois
10 991,04 €/mois
11 1 000,95 €/mois
12 1 010,96 €/mois
13 1 021,07 €/mois
14 1 031,28 €/mois
15 1 041,59 €/mois

Un prêt progressif pour qui ?

Tout l’intérêt de ce prêt immobilier réside dans le fait que ses mensualités sont plus faibles au début qu’à la fin.
En conséquence, le prêt progressif est plus particulièrement destiné :

  • Aux fonctionnaires dont les revenus vont croître régulièrement,
  • Aux jeunes emprunteurs arrivés dans la vie active depuis peu de temps mais ayant de bonnes perspectives d’évolution,
  • Aux investisseurs locatifs dont les revenus fonciers vont croître au rythme de l’indice INSEE (1,54% au premier trimestre 2013)

Remarque : Les mensualités d'un prêt progressif augmentent généralement de 1% par an, un niveau qui est donc bien inférieur à celui de l'inflation. Pour la plupart des emprunteurs (notamment les fonctionnaires titulaires), l'augmentation des revenus compensera largement la hausse des mensualités.

Augmenter son pouvoir d’achat immobilier

C’est essentiellement la mensualité de départ d’un prêt immobilier qui est prise en compte pour le calcul de l’endettement.
Les emprunteurs peuvent donc obtenir un montant de prêt immobilier plus important avec un prêt progressif qu’avec un prêt amortissable classique.

Exemple : Un jeune emprunteur a des revenus de 1 800€ par mois. Il ne peut donc rembourser plus de 600€ par mois (soit 33% d’endettement).
Avec un prêt amortissable classique sur 30 ans, pour un taux de 3,10%, il peut donc emprunter jusqu’à 140 509€.
Avec un prêt progressif de la même durée, au même taux, pour la même mensualité de départ qui augmentera ensuite de 1% par an, il peut emprunter plus de 159 235€.

Réduire le coût total d’un prêt immobilier

Le prêt progressif peut également permettre de réaliser des économies en termes d’intérêts. En effet, puisque les mensualités du prêt augmentent, pour un même montant et une même mensualité initiale la durée est plus courte.

Exemple : Pour un emprunt de 200 000€ sur 30 ans à un taux fixe 3,10%, la mensualité d’un prêt classique est de 854,03€.
Pour ce même montant et une mensualité de départ très proche qui augmentera ensuite de 1% par an, un prêt progressif sera remboursé en seulement 25 ans.
Ainsi, si dans le premier cas le coût total des intérêts est de 107 452€, dans le second il ne sera que de 92 274€, soit une économie de plus de 15 000€.

Pour connaître les mensualités d’un prêt progressif, il vous suffit d’utiliser notre calculatrice de prêt progressif.

Une question ?

Posez votre question

Financez votre projet à taux fixe

Comment varie le taux d’un prêt immobilier à taux fixe ? Comment varient ses souplesses ? Doit-on tenir compte du TEG ?

Et les prêts à taux révisable ?

Oubliez leur mauvaise réputation : le prêt immobilier à taux capé +1% est à la fois sûr et avantageux. On vous dit tout !

Une mensualité constante en lissant vos prêts

Vous avez plusieurs prêts de durées diverses ? Avec le lissage de prêt obtenez une mensualité constante sur toute la durée.

Dès 2018, les ménages modestes seront privés de l’APL accession

Ce coup dur pour les primo-accédants est passé quasiment inaperçu… Le projet de loi de Finances 2018 prévoit de mettre fin à l’APL accession, un dispositif encore peu connu mais qui a fait ses preuves. Fin 2014, le gouvernement Hollande avait déjà envisagé de supprimer cette aide mais a finalement renoncé en raison des conséquences potentielles...

Lire la suite