Les derniers jours de la déduction des intérêts d'emprunt immobilier

Benoist Apparu, le secrétaire d'État au Logement, a annoncé une remise à plat des aides gouvernementale en faveur de l’immobilier à la rentrée. Trois dispositifs seront mis en avant, les APL, le PEL et le prêt à taux zéro.
La déduction des intérêts d’emprunt pour la résidence principale qui avait déjà été plusieurs fois critiquée, devrait disparaître.

On savait la déduction sur les intérêts d’emprunt immobilier déjà menacée mais la publication du rapport annuel sur l’application des mesures fiscales ne fait que confirmer sa disparition prochaine. Le rapport est en effet critique à l’égard de la déduction des intérêts d’emprunt lors de l’achat de la résidence principale.
En 2009, 900 000 ménages en auraient bénéficié et pourtant il apparaît que ce dispositif est très mal perçu par les Français (un sondage de BVA indique que 54% des français sont favorables à sa suppression) qui ne prennent pas en compte cette aide lors de l’achat immobilier. Les banques ne prennent pas non plus en compte cette aide dans leur calcul d’endettement, ce qui est bien compréhensible étant donné que la déduction est de 5 ans maximum et les prêts immobiliers de 17 ans en moyenne.
Dans une période où le gouvernement cherche à faire des économies, il peut paraître normal qu’un dispositif qui a couté plus d’un milliard d’euros en 2009 et qui n’est pas très bien perçu par la population soit supprimé.

Remplacer par quoi ?

Un nouveau PTZ plus généreux devrait être mis en place. Le montant de ce prêt immobilier pourrait mieux prendre en compte les différences de prix de l’immobilier d’une zone à une autre et s’ouvrir à plus de bénéficiaires, notamment les secundo-accédants.
À cet effet, une nouvelle zone qui couvrirait Paris et sa proche périphérie permettrait de bénéficier d’un montant de prêt beaucoup plus élevé, jusqu’à 300% supérieur aux zones rurales.
Quant aux APL, Benoist Apparu a déjà annoncé que les familles avec des étudiants à charge devront choisir entre les allocations pour le logement et le demi-part par enfant à charge mais on n’en sait pas davantage.
Le PEL est quant à lui l’un des placements préféré des français (et des banquiers !), il devrait donc continuer d’exister…

Attendons donc l’annonce de la réforme pour connaître plus précisément l’application de ces nouvelles aides qui seront mises en place en 2011 afin de favoriser l’accession à la propriété pour tous.

Vendredi 9 Juillet 2010
© 2009 Source Cyberpret.com