Le DPE influence le marché immobilier

Le diagnostic de performance énergétique (DPE), obligatoire pour toute vente immobilière depuis le 1er janvier 2011 révèle un paradoxe : alors que les acheteurs n’ont pas confiance en son exactitude, un bon DPE est devenu la condition sine qua non pour de nombreux acquéreurs et en particulier pour les bénéficiaires du PTZ Plus.

Le DPE influence les transactions immobilières…

Selon une étude réalisée par Vovici.com pour Avendrealouer.fr (étude en ligne, du 10 au 15 mars 2011 et auprès de 1 772 personnes à la recherche d'un bien immobilier), le DPE influencerait le choix des logements à visiter pour 68% des potentiels acquéreurs d’un nouveau bien immobilier. Pour 20% d’entre eux un bon DPE serait même « indispensable». Et quoi qu’il en soit, le DPE est un critère important pour 71% des acheteurs.

Ainsi, 1 acquéreur sur 2 serait prêt à payer plus cher un logement avec un bon DPE et plus de 82% des acheteurs considèrent que si un DPE est mauvais, le prix de vente doit baisser. En outre, les agents immobiliers voient le nombre de visites et donc de propositions diminuer pour ces logements énergivores.

En conséquence, les propriétaires « victimes » du DPE peuvent éprouver des difficultés à vendre leur logement. Ils doivent être plus patients que les autres ou revoir leurs exigences à la baisse afin de ne pas se retrouver dans une situation embarrassante, surtout pour ceux qui ont souscrit un prêt relais arrivant bientôt à échéance.

…Alors qu’il reste un outil malléable et peu fiable

Si le DPE semble avoir une influence importante tant sur les vendeurs que sur les acquéreurs, il est paradoxalement loin d’avoir bonne réputation.

D’une part, selon une enquête d’UFC-Que choisir, un même bien diagnostiqué plusieurs fois peut se voir attribuer trois notes différentes. Sachant que le classement en catégorie E donne le droit à moitié moins de financement par le PTZ Plus qu’une catégorie D, des propriétaires peu scrupuleux n’hésitent pas à faire pression sur les diagnostiqueurs. Ces derniers peuvent alors se laisser influencer d’autant plus facilement que leur responsabilité n’est pas engagée en cas de résultat erroné.

D’autre part, il est souvent mal compris. En effet, parmi les 84% d’internautes qui assurent savoir ce qu’est un DPE, la moitié ignore qu’il entre dans le calcul du montant du PTZ Plus.

Ainsi, 71% des personnes interrogées pensent que le DPE n’est toujours pas fiable mais ils se servent de cet indicateur pour le choix et la négociation du prix du bien convoité.

Espérons que les pouvoirs publics arrivent à mieux encadrer les DPE car ces sondages démontrent un vrai besoin des acheteurs de connaître la performance énergétique lors d’un achat immobilier.

Mardi 22 Mars 2011
© 2011 Source le-ptz-plus.fr
 

Dernières actualités

Taux immobilier : quelle tendance ?

Taux immobilier : quelle tendance ?

Le discours de Jean-Claude Trichet du 3 mars annonce une probable hausse du taux directeur de la Banque Centrale Européenne. Ce serait donc la fin de la période historiquement basse des taux de prêt immobilier. Est-ce encore le bon moment pour emprunter ?

Dispositif Scellier : des propriétaires qui regrettent leur investissement immobilier

Dispositif Scellier : des propriétaires qui regrettent leur investissement immobilier

Depuis 2004, environ 500 000 ménages ont investi dans l’immobilier défiscalisant Robien ou Scellier. D’après Erwan Seznec de l’UFC-Que Choisir, 40 000 d’entre eux seraient aujourd’hui en difficulté. Voici les principaux points à surveiller pour ne pas se faire avoir.

1 propriétaire sur 2 rembourse un prêt immobilier

1 propriétaire sur 2 rembourse un prêt immobilier

Malgré une situation économique incertaine, les français continuent de se lancer dans des projets immobiliers, tirant vers le haut le nombre de propriétaires. Trois raisons principales à cette tendance : des taux historiquement bas, les modifications apportées à la politique gouvernementale d’aide à l’immobilier et la confiance des français dans la pierre.

PTZ Plus : Plus simple pour les jeunes et les expatriés

PTZ Plus : Plus simple pour les jeunes et les expatriés

L'ancienne mouture du prêt à taux zéro était difficilement accessible aux jeunes fiscalisés avec leurs parents, et ne l'était pas du tout aux travailleurs expatriés, puisqu'ils ne pouvaient pas présenter d'avis d'imposition. En créant le PTZ Plus, le gouvernement a pensé à ces catégories pour lesquelles des solutions de substitution sont prévues.