7e baisse des taux pour la BCE et mesures de soutien au crédit

Comme attendu, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé d’une septième baisse de son principal taux à 1%. Est-ce la fin de la baisse des taux ?

Ce n’est pas une surprise, la BCE a abaissé son principal taux à 1% et n’est pas allée au-delà. Il s’agit du plus bas niveau historique du taux de la BCE depuis sa création en 1998. Jean-Claude Trichet, président de la BCE, avait déjà préparé le terrain : la Banque Centrale Européenne opère par baisses « mesurées » et un taux inférieur à 1% n’est pas souhaitable pour la zone euro.

La frilosité de la BCE est critiquée par de nombreux acteurs du marché qui ne comprennent pas cette aversion à pratiquer une politique monétaire de taux zéro comme aux Etats-Unis. En effet, pourquoi prendre des mesures si modérées alors que les perspectives pour l’économie des 16 pays de la zone euro sont fragiles ? L’Allemagne prédit une chute de 6% de son PIB (produit intérieur brut), et l’ensemble de la zone euro devrait connaître une récession de 4% entrainant une hausse du taux de chômage moyen à 11% en 2010 en Europe.

A cela, Jean-Claude Trichet a déclaré aujourd’hui : « Nous n'avons pas décidé aujourd'hui que le nouveau niveau de nos taux était à un plancher qu'on ne franchirait jamais quelles que puissent être les circonstances futures». Il a également précisé : « En même temps, je voudrais dire qu'au regard de la situation actuelle, le conseil des gouverneurs considère que le niveau actuel des taux d'intérêt est approprié en tenant compte de tous les éléments et les analyses disponibles ».

Pourtant, malgré la prudence de la BCE dans sa politique des taux, celle-ci s’est enfin décidée à agir de manière moins conventionnelle. Pour soutenir le crédit, la BCE a annoncé un allongement de la durée des opérations de refinancement des banques de six à douze mois : ce qui permettra aux banques d’avoir plus de liquidités pour accorder des prêts aux particuliers. C’est ce qui soutient le marché du prêt immobilier alors que le marché interbancaire est gelé.

A court terme, une stabilisation des taux semble probable : c’est l’évolution de la situation économique qui déterminera si et quand les taux repartiront à la baisse ou à la hausse.
Il faut noter également que les OAT à 10 ans sont stables depuis plusieurs semaines et que cette nouvelle baisse n'aura pas d’impact sur le crédit immobilier à taux fixe pour le moment, seul le prêt immobilier à taux variable devrait de nouveau baisser (Lire l’article sur l'impact des taux de la BCE sur les prêts immobiliers). Rendez-vous pris en septembre ?

Jeudi 7 mai 2009
© Source Cyberpret.com