Prêt immobilier : êtes-vous un investisseur particulier ou professionnel ?

Le droit français est très protecteur du consommateur en matière de crédit immobilier, notamment grâce aux lois successives Scrivener, Lagarde et Hamon. Pourtant, dans certains cas, des investisseurs particuliers peuvent être considérés comme des professionnels, ce qui change tout en termes de protection de l’emprunteur.

Vous faites construire pour revendre, pour diviser le logement en plusieurs biens ou en logements locatifs ? En cas de difficultés de remboursement de votre crédit immobilier, vous risquez de ne plus être protégé par le Code de la consommation, comme l’a rappelé la Cour de cassation.

En effet, le législateur a prévu que des particuliers pourraient être tentés de s’abriter derrière ce statut très protecteur tout en exerçant une activité immobilière à la limite du professionnalisme. Ainsi, l’article L312-3 du Code de la consommation dispose que « sont exclus du champ d'application du présent chapitre [les prêts] destinés, sous quelque forme que ce soit, à financer une activité professionnelle, notamment celle des personnes physiques ou morales qui, à titre habituel, même accessoire à une autre activité, ou en vertu de leur objet social, procurent, sous quelque forme que ce soit, des immeubles ou fractions d'immeubles, bâtis ou non, achevés ou non, collectifs ou individuels, en propriété ou en jouissance. »

C’est forte de cet article que la Première Chambre Civile de la Cour de Cassation a rendu un arrêt le 14 avril 2016. Arrêt aux termes duquel une personne retraitée qui avait contracté deux prêts immobiliers aux fins de financer la construction de plusieurs maisons appelées à être vendues ou mises en location peut être jugée comme « professionnelle ». Et ce même si l’un des biens financés était destiné à sa résidence principale.

Pour la Cour, l’opération financée est clairement une opération de promotion immobilière, et par conséquent les prêts litigieux « avaient été accordés pour les besoins professionnels de l'emprunteur et non pour ceux d'un simple consommateur ».

En l’espèce, les conséquences pour l’emprunteur concerné sont importantes : dans le cas d’un consommateur, en cas d’impayés la banque prêteuse ne dispose que de 2 ans pour engager une procédure de réclamation et de saisie, contre 5 ans dans le cas d’un professionnel. En l’occurrence, la banque a lancé ces procédures au bout de 4 ans, procédures qui vont donc pouvoir suivre leur cours.

Au-delà de ce cas particulier, cette jurisprudence pourrait avoir des conséquences non-négligeables pour les investisseurs. En effet, nombreux sont les particuliers qui investissent dans l’immobilier, que ce soit pour revendre le bien après réhabilitation ou le mettre en location : dans quelles conditions pourront-ils sortir du champ du prêt immobilier aux consommateurs pour entrer dans celui, beaucoup moins protecteur, du crédit aux professionnels ? Quelle sera la limite entre le simple investissement d’un particulier consommateur et l’opération de promotion immobilière professionnelle ? Et cette nouvelle jurisprudence ne risque-t-elle pas de décourager certains investisseurs ? Nul doute que de nouvelles décisions de justice viendront bientôt confirmer ou infirmer cette décision, et que de nombreux professionnels du droit immobilier vont rapidement se pencher sur la question.

Par Xavier Laneurie

© 2016 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Des redresseurs de taux bidons ?

Des redresseurs de taux bidons ?

Vous avez sûrement déjà vu leurs publicités sur internet, dans vos spams ou dans des articles de presse relayant leur communication : des experts auto-proclamés vous proposent d’expertiser votre contrat de crédit et en particulier de vérifier si votre TEG n’est pas erroné, dans le but de le contester et d’obtenir une indemnisation de la part de la banque. Heureusement, UFC QUE CHOISIR est encore une fois là pour réaliser une véritable enquête sur le sujet et alerter les consommateurs.

Prêt à taux zéro 2016 : généreux mais pas si bien conçu

Prêt à taux zéro 2016 : généreux mais pas si bien conçu

Depuis le 1er janvier 2016, les demandes de financement assorties d’un prêt à taux zéro affluent dans les banques et chez les courtiers en prêt immobilier. Il faut dire que les nouvelles conditions du PTZ sont particulièrement alléchantes... Tellement favorables qu’elles empêchent parfois certains ménages d’en profiter, certains cas particuliers n’ayant pas été prévus par les concepteurs du système.

Prêt à taux zéro : vous allez pouvoir louer au bout de 6 ans !

Prêt à taux zéro : vous allez pouvoir louer au bout de 6 ans !

Le gouvernement a beaucoup communiqué sur la réforme du PTZ au 1er janvier, essentiellement sur son élargissement à l’ancien avec travaux sur l’ensemble du territoire et sur la hausse des plafonds de ressources. Pour autant, une nouveauté importante est passée presqu’inaperçue : la possibilité de mettre en location le bien financé après seulement 6 ans.

Prêt immobilier : retour en grâce des durées longues

Prêt immobilier : retour en grâce des durées longues

Nous l’avons observé dans les barèmes que nos partenaires nous ont fait parvenir au cours du dernier mois, et l’Observatoire Crédit Logement vient le confirmer : les banques cherchent à recruter des emprunteurs jeunes et/ou primo-accédants grâce à des taux de plus en plus attractifs sur les longues durées. De quoi en finir (enfin !) avec l’idée trop répandue qu’elles « ne prêtent qu’aux riches » ?

Tout savoir sur l'assurance emprunteur

Composante essentielle d'un financement, l'assurance de prêt immobilier ne doit pas être négligée : on vous dit tout !

Votre prêt a besoin d'une garantie !

En plus de l'assurance, vous devrez choisir une garantie de prêt immobilier : hypothèque, cautions, tout pour vous y retrouver !

Comment sont imposées les plus-values immobilières ?

Si aujourd'hui vous achetez, à terme vous allez peut-être revendre... Tout sur la fiscalité des plus-values immobilières.

Changer de banque va devenir tellement simple…

Sera-t-il bientôt aussi simple de changer de banque que de faire porter son numéro de téléphone portable vers un nouvel opérateur ? On devrait bientôt connaitre la réponse avec l’application de la loi Macron concernant la mobilité bancaire. Afin de dynamiser la concurrence entre les banques, une directive de Bruxelles a demandé aux Etats membres de faciliter la possibilité aux utilisateurs de changer de banque.

Lire la suite