Des redresseurs de taux bidons ?

Vous avez sûrement déjà vu leurs publicités sur internet, dans vos spams ou dans des articles de presse relayant leur communication : des experts auto-proclamés vous proposent d’expertiser votre contrat de crédit et en particulier de vérifier si votre TEG n’est pas erroné, dans le but de le contester et d’obtenir une indemnisation de la part de la banque.
Heureusement, UFC QUE CHOISIR est encore une fois là pour réaliser une véritable enquête sur le sujet et alerter les consommateurs sur les arnaques de certaines de ces sociétés.

Le TEG, un mauvais indicateur ?

Comment des banques qui disposent de services juridiques de plusieurs centaines de personnes se sont elles trompées si souvent sur la rédaction des offres de prêt immobilier ? Cela reste un mystère puisque selon certains chiffres qui circulent, près de la moitié des offres présenteraient un TEG faux. Il ne s’agit probablement pas là d’une volonté de tricher ou de nuire puisque les TEG incriminés peuvent aussi bien être trop que pas assez élevés. Il s’agit plus probablement d’un laisser-aller dans le calcul d’un indicateur peu pertinent et très compliqué à calculer.

Le Taux Effectif Global est un fourre-tout dans lequel rentre le taux du prêt, le taux de l’assurance même si celui-ci n’est pas constant, des frais de dossiers payables immédiatement et des frais de garantie dont une partie peut être à payer en fin de prêt (mainlevée hypothécaire) ou restituée (pour Crédit Logement par exemple). Un arrêt de la Cour de cassation oblige même les banques mutualistes à y inclure les parts sociales que l’emprunteur doit acquérir pour devenir sociétaire.

En ce qui nous concerne, cela fait des années que nous invitons nos clients à se méfier du TEG pour plutôt tenir compte des coûts réels et des éléments non pris en compte dans cet indicateur (pénalités de remboursement anticipé, transfert, modulations, etc.).

Les « expertiseurs de taux »

La loi prévoit qu’une offre de crédit immobilier datant de moins de 5 ans et ayant un TEG erroné peut être sanctionnée par la justice (sur décision d’un juge) par une indemnisation, voire le le remplacement du taux prévu sur le contrat de prêt par le taux d’intérêt légal (presque nul depuis plusieurs années).

Depuis 2 ans, beaucoup de sociétés ou d’associations se sont lancées dans sur ce créneau et font miroiter des gains faciles de plusieurs dizaines de milliers d’euros aux emprunteurs.

C’est pourquoi UFC a testé 7 sociétés d’expertise de TEG et n’en a trouvé qu’une seule qui fasse correctement son travail, toutes les autres sont déconseillées ou à fuir car elles manquent de sérieux et vivent sur leurs frais d’études et les promesses qu’elles font aux emprunteurs.

S’il est bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à UFC, c’est sa connivence avec les banques, auxquelles l’association s’est régulièrement attaqué au cours des dernières années (délégation d’assurance, libéralisation du marché de la caution immobilière...).

Donc si vous décidez de faire appel à ces sociétés, restez sur vos gardes... Et si les démarches n’aboutissent pas, ne perdez pas trop de temps car votre crédit est peut-être susceptible de faire l’objet d’une renégociation de taux compte tenu des baisses significatives depuis 2 ans.

Retrouvez l’intégralité de l’enquête d’UFC Que Choisir.

Par Philippe Amiel

© 2016 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Prêt à taux zéro 2016 : généreux mais pas si bien conçu

Prêt à taux zéro 2016 : généreux mais pas si bien conçu

Depuis le 1er janvier 2016, les demandes de financement assorties d’un prêt à taux zéro affluent dans les banques et chez les courtiers en prêt immobilier. Il faut dire que les nouvelles conditions du PTZ sont particulièrement alléchantes... Tellement favorables qu’elles empêchent parfois certains ménages d’en profiter, certains cas particuliers n’ayant pas été prévus par les concepteurs du système.

Prêt à taux zéro : vous allez pouvoir louer au bout de 6 ans !

Prêt à taux zéro : vous allez pouvoir louer au bout de 6 ans !

Le gouvernement a beaucoup communiqué sur la réforme du PTZ au 1er janvier, essentiellement sur son élargissement à l’ancien avec travaux sur l’ensemble du territoire et sur la hausse des plafonds de ressources. Pour autant, une nouveauté importante est passée presqu’inaperçue : la possibilité de mettre en location le bien financé après seulement 6 ans.

Prêt immobilier : retour en grâce des durées longues

Prêt immobilier : retour en grâce des durées longues

Nous l’avons observé dans les barèmes que nos partenaires nous ont fait parvenir au cours du dernier mois, et l’Observatoire Crédit Logement vient le confirmer : les banques cherchent à recruter des emprunteurs jeunes et/ou primo-accédants grâce à des taux de plus en plus attractifs sur les longues durées. De quoi en finir (enfin !) avec l’idée trop répandue qu’elles « ne prêtent qu’aux riches » ?

Renégociation de prêt immobilier : il est encore temps !

Renégociation de prêt immobilier : il est encore temps !

Au mois de mai, nous conseillions à nos lecteurs de renégocier leurs prêts immobiliers au plus vite, faute de quoi les meilleurs taux risquaient de leur passer sous le nez compte tenu du contexte financier. Nous restions cependant prudents car si la remontée des taux paraissait probable, elle n’était pas certaine. Et du reste, personne n’était quoi qu’il en soit capable d’en prévoir l’ampleur.

Savoir décrypter un Taux Effectif Global

Pour comparer les offres de prêt, le TEG (Taux Effectif Global) reste souvent obscur. On vous explique comment ça marche !

Coup d’œil sur les taux de prêt immobilier

Retrouver les taux de prêt immobilier fixes ou variables de nos partenaires bancaires, de 7 à 30 ans, région par région.

Tout savoir sur l'assurance emprunteur

Composante essentielle d'un financement, l'assurance de prêt immobilier ne doit pas être négligée : on vous dit tout !

La domiciliation des revenus bientôt encadrée

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a présenté ce 3 juin 2017 une nouvelle ordonnance limitant la domiciliation des revenus à 10 ans dans les contrats de prêt immobilier. Cette dernière vise à faciliter la mobilité bancaire, un thème cher à Emmanuel Macron.

A partir du 1er janvier 2018, les banques ne pourront plus imposer aux emprunteurs de domicilier leurs salaires pendant plus de...

Lire la suite