Retour du prêt à taux zéro dans l’ancien

Après quelques ajustements sur les plafonds de ressources intervenus dès le mois d’octobre 2014, la véritable nouveauté concernant le prêt à taux zéro en 2015 est qu’il peut de nouveau financer l’acquisition d’un logement ancien, sous des conditions toutefois très restrictives. Qui peut espérer en profiter, et cela aura-t-il un effet significatif sur la solvabilité des primo-accédants ?

Depuis 2012, les primo-accédants ne pouvaient plus bénéficier du Prêt à Taux Zéro Plus pour le financement d’un logement ancien, sauf dans un cas bien précis : le rachat par ses occupants d’un logement du parc social. Une opération réalisée... 210 fois en tout au cours de l’année 2013 (chiffres SGFGAS – Société de Gestion du Fonds de Garantie de l’Accession Sociale, en charge du PTZ). Anecdotique, donc.

Un retour très ciblé

Depuis le 1er janvier, l’Etat subventionne de nouveau l’acquisition d’un premier logement ancien, sous 2 conditions principales.

Tout d’abord, le logement financé devra se situer dans l’une des 5 920 communes concernées en 2015, définies par arrêté selon les modalités suivantes : « les communes n'appartenant pas à une agglomération comptant au moins 10 000 habitants, connaissant un niveau de vacance du parc de logements défini par décret et au moins supérieur à la moyenne nationale et comprenant un nombre minimal d'équipements recensés par l'Institut national de la statistique et des études économiques prévu dans des conditions fixées par décret » (article L31-10-2 du Code de la construction et de l'habitation).

En clair, le prêt à taux zéro doit servir à rénover et revitaliser des communes rurales bénéficiant d’un bon niveau d’infrastructures publiques mais où trop de logements restent vacants. Une définition bien complexe, et qui doit donner du fil à retordre aux services du ministère du Logement chargés de l’établissement d’une telle liste.

Ensuite, pour répondre à son objectif de rénovation de ces communes rurales, le PTZ ne sera accordé que si d’importants travaux sont réalisés à l’acquisition. Ces travaux devront donc représenter plus de 25% du coût total de l’opération (hors frais de notaire), et répondre à la définition suivante : « tous travaux ayant pour objet la création de surfaces habitables nouvelles ou de surfaces annexes définies par arrêté, la modernisation, l'assainissement ou l'aménagement des surfaces habitables ou des surfaces annexes ainsi que les travaux destinés à réaliser des économies d'énergie, à l'exception de ceux financés au moyen [de l’Eco-Prêt à Taux Zéro] » (article R31-10-2 du Code de la construction et de l'habitation). Par ailleurs, ces travaux devront être réalisés dans les 3 ans suivant l’émission de l’offre de prêt.

En pratique, l’emprunteur devra fournir à sa banque une attestation sur l’honneur l’engageant à réaliser les travaux en question (devis à l’appui), puis, à leur réalisation effective dans le délai de 3 ans, les factures correspondantes.

Si ces deux conditions sont remplies, l’emprunteur aura droit au même montant de prêt à taux zéro que s’il faisait l’acquisition d’un logement neuf :

  • 26% du montant de l’opération pour les 35 communes concernées dans les zones A et B1,
  • 21% en zone B2,
  • 18% en zone C.

Un retour trop ciblé ?

On le voit, le dispositif ne pourra concerner qu’un parc de logements anciens assez restreint, dans la mesure où les communes concernées sont par définition petites. En outre, le budget travaux des acheteurs devra être conséquent. C’est probablement pourquoi le gouvernement a prévu dans son étude d’impact que seuls 3 000 de ces prêts à taux zéro seront distribués en 2015 (sur 78 000 PTZ accordés).

Il est donc évident que cette mesure n’aura pas d’effet global mesurable sur un marché de 6 à 700 000 transactions annuelles. Le véritable enjeu est donc de savoir si ce coup de pouce aura bien l’effet escompté au niveau local, dans certaines communes ayant tendance à se dépeupler. Rendez-vous dans quelques mois pour étudier à nouveau les chiffres de la SGFGAS...

Par Xavier Laneurie

© 2015 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Frais de notaire : la hausse sera finalement définitive

Frais de notaire : la hausse sera finalement définitive

La loi de Finances 2014 a autorisé les conseils généraux à relever, s’ils le souhaitaient, le niveau des droits de mutations pour une période de 2 ans. L’objectif de cette mesure était de compenser un certain nombre de dépenses transférées de l’Etat aux départements (notamment le RSA). Une mauvaise nouvelle pour les professionnels du secteur et les futurs acquéreurs, qui tentaient jusqu’à présent de se rassurer avec le caractère provisoire de la mesure.

Le gouvernement va priver d'accession à la propriété les ménages modestes

Le gouvernement va priver d'accession à la propriété les ménages modestes

Toujours à la recherche d'économies, le gouvernement a présenté un texte de loi prévoyant qu'à partir du 1er janvier 2015, les bénéficiaires du prêt à l'accession sociale (PAS) n'auront plus droit aux APL. A une période où les professionnels de l'immobilier font état d'une baisse du nombre de transactions et où de nombreux constructeurs de maisons individuelles sont sur le point de déposer le bilan, est-ce vraiment une bonne mesure ?

Baisse des taux de prêt immobilier : jusqu'à quand ?

Nouveau : comment calculer votre TAEA ?

On les croyait au plus bas avant l'été, et pourtant rien ne semble pouvoir arrêter la chute des taux de prêt immobilier. De semaines en semaines, nous recevons des barèmes de taux de plus en plus attractifs, venant de l'ensemble de nos partenaires bancaires. Cette situation exceptionnelle est en fait la conjonction de plusieurs facteurs, au plan national et européen. Voyons ensemble comment profiter au mieux de cette conjoncture très favorable...

Nouveau : comment calculer votre TAEA ?

Nouveau : comment calculer votre TAEA ?

Afin d’aider les emprunteurs à mieux comparer les offres de prêt immobilier, les technocrates de Bercy n’ont rien trouvé de mieux à faire en cette période de ralentissement économique que de pondre une nouvelle loi compliquant encore davantage le TEG : le TAEA. En exclusivité, voici la première calculatrice de TAEA et quelques explications...

Emprunter à taux zéro, c'est possible !

Bien sûr, il s'agit du fameux prêt à Taux Zéro, aidé par l’État. Montant, durée, type de projet, éligibilité : on vous dit tout !

Coup d’œil sur les taux de prêt immobilier

Retrouver les taux de prêt immobilier fixes ou variables de nos partenaires bancaires, de 7 à 30 ans, région par région.

Une mensualité constante en lissant vos prêts

Vous avez plusieurs prêts de durées diverses ? Avec le lissage de prêt obtenez une mensualité constante sur toute la durée.

Vers une remontée durable des taux ?

Depuis près de 4 ans, les taux de prêt immobilier ont connu une baisse quasi ininterrompue battant tous les records historiques. La reprise de l’inflation en Europe, les remontées des taux aux USA et l’incertitude sur la prochaine majorité parlementaire française vont'ils faire remonter durablement les taux ?

Les variations des taux des crédits immobiliers dépendent de plusieurs indicateurs, le principal d’entre eux étant...

Lire la suite