Renégociation de prêt : c’est maintenant ou jamais !

Après plus d’un an de baisses, l’OAT 10 ans a repris +0.5% depuis 1 mois. Si l’on ajoute à cela des établissements prêteurs saturés de demandes de renégociation de taux, il est fort probable que les taux de prêt immobilier augmentent au mois de juin.
Si ce n’est pas encore fait (ou fait il y a plus d’un an !), ne perdez pas de temps pour renégocier votre prêt immobilier.

Après avoir atteint un plancher historique à la mi-avril (0,33% le 16 avril), l’OAT 10 ans a connu une franche remontée pour culminer à 1,01% le 7 mai, et se maintient aux alentours de 0,80/0.90% depuis. Bien sûr, ce niveau reste extrêmement bas pour un indice qui atteignait encore 2% il y a un an, mais il pourrait tout de même avoir des conséquences notables sur les taux de prêt immobilier.

En effet, l’OAT 10 ans est l’un des indices de références utilisés par les banques pour fixer leurs taux immobiliers (avec d’autres taux français et européens de plus ou moins long terme). La courbe des taux a d’ailleurs toujours plus ou moins suivi celle de l’OAT (généralement avec un certain retard). Si la hausse de l’OAT venait à se confirmer, elle pourrait donc bien annoncer un retournement du marché du crédit.

Pas de panique toutefois : d’abord parce que cette hausse sur quelques semaines pourrait n’être que conjoncturelle, ensuite parce qu’elle pourrait très bien ne pas se poursuivre plus haut, et enfin parce qu’elle n’aura pas forcément de conséquence mécanique et immédiate sur les offres de prêt des banques.

Pour autant, si c’est bien une hausse qui s’annonce, les emprunteurs qui ont attendu pour faire un rachat de prêt immobilier dans l’espoir de nouvelles baisses (ce qui s’est vérifié jusqu’à présent) ont probablement intérêt à cesser de jouer la montre. Et ce d’autant plus que les délais de traitement des dossiers de renégociation se sont considérablement allongés au cours des dernières semaines.

En effet, du fait des conditions extrêmement favorables, les candidats à la renégociation sont très nombreux : les banques qui proposent les meilleurs tarifs sont donc prises d’assaut et ont bien de mal à traiter rapidement toutes les demandes. Elles ne sont d’ailleurs pas les seules à être surchargées, comme le souligne Catherine Lanvario, directrice de la communication de Crédit Logement interrogée par Les Echos : « C’est la première fois que nous connaissons une telle situation. Habituellement nous sommes en mesure de donner notre réponse à la banque en 48 heures. Actuellement, la demande est telle qu’il nous faut une semaine complète pour répondre, voire jusqu’à une dizaine de jours dans certains cas. » Quand on sait que Crédit Logement garantit près du tiers des prêts immobiliers en France...

En résumé, nous ne saurions trop vous conseiller de faire une demande de renégociation de prêt immobilier rapidement : attendre plus longtemps serait prendre le risque de manquer les meilleurs taux pour attendre une nouvelle baisse de moins en moins probable.

Par Xavier Laneurie

© 2015 Source CyberPrêt.com

Renégocier votre prêt peut vous rapporter gros

En période de taux bas, faîtes un rachat de prêt immobilier et baissez la durée ou les mensualités de votre prêt, voire les deux !

Tout savoir sur l'Hypothèque et l'IPPD

Les garanties réelles de prêt immobilier, hypothèque et IPPD, prises devant notaire, sont acceptées par toutes les banques.

Les frais à prévoir pour votre prêt immobilier

La souscription d'un prêt immobilier implique le paiement de frais de dossier plus ou moins élevés : tous nos conseils !

Donald fait-il monter les taux ?

Après les élections présidentielles aux Etats Unis, leurs taux d’emprunt à 10 ans ainsi que ceux de l’Etat français (OAT) ont augmenté de quasiment 0.40%. Il est aussi à noter que les taux d'usure (taux maximum autorisé pour un emprunt immobilier) ont été revus nettement à la hausse par les autorités financières et passent de 2.71% sur le troisième trimestre à 3.61% sur le dernier trimestre 2016. Par conséquent, ces différents indicateurs nous laissent entrevoir le spectre d’une future hausse des taux.

Lire la suite