« Les taux les plus bas d’Europe »

Ce n’est pas CyberPrêt.com qui le dit, mais Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) dans une interview donnée au quotidien Le Monde. D’après lui, cette « situation n’est pas acceptable » et il invite fermement les banques à remonter leurs taux.

« Vous avez les taux les plus bas d'Europe, vous êtes les banques qui prêtez le moins cher sur toute la zone euro. Ce n'est pas une situation acceptable ! » Pourquoi diable Christian Noyer reproche-t-il aux établissements prêteurs français d’être trop généreux avec les emprunteurs ?

Les taux très bas des derniers mois sont pourtant le signe d’un marché dynamique, occupé par des acteurs désireux de conquérir de nouvelles parts de marché, le prêt immobilier étant un produit d’appel privilégié pour cela. Par ailleurs, cette tendance solvabilise fortement les emprunteurs et leur permet d’emprunter à bon compte et en toute sécurité.

Prix de l’immobilier et rentabilité des banques en question

En fait, la sortie du gouverneur de la Banque de France est l’expression d’une double inquiétude.

Tout d’abord, il craint que la faiblesse des taux n’entretienne artificiellement un niveau des prix de l’immobilier trop haut. En effet, si les acheteurs potentiels sont fortement solvabilisés, la demande immobilière augmente, entraînant mécaniquement une hausse des prix, ou au moins leur maintien à un haut niveau.

Par ailleurs, Christian Noyer s’inquiète de la rentabilité future des banques prêteuses : inscrire à leurs bilans trop de créances à des taux trop faibles risque de pénaliser durablement leurs marges.

C’est là que les inquiétudes de Christian Noyer rejoignent celles du Comité de Bâle, chargé de la régulation du marché bancaire à l’échelle internationale. Celui-ci a émis des doutes quant à la solidité du système français basé sur le taux fixe, particulièrement lorsque les taux sont au plus bas.

Des professionnels moins pessimistes

Pour autant, tous les professionnels du secteur ne partagent pas ces inquiétudes. Pour commencer, ils sont nombreux à réfuter l’idée d’une bulle immobilière en France. Sébastien de Lafon, PDG de MeilleursAgents.com, explique en substance qu’ « il n'y a pas de spéculation sur les logements, c'est-à-dire pas d'acteurs qui n'achètent que pour revendre, et pas de risque de crédit, c'est-à-dire d'endettement excessif dans l'immobilier. Les banques restent prudentes en ne prêtant qu'aux acheteurs solvables, des ménages dont les revenus sont sécurisés par deux contrats à durée indéterminée ou des fonctionnaires. »

Ce point de vue est un peu schématique : il n’est pas forcément indispensable d’être fonctionnaire ou de présenter 2 CDI pour obtenir un prêt immobilier. Chez CyberPrêt.com, nous finançons d’ailleurs tous les jours des profils différents (CDD, intérim, intermittents...). Toutefois, il est exact que les banques prêteuses sont prudentes, et prennent un maximum de précautions pour s’assurer de la capacité des emprunteurs à rembourser leur crédit. Le risque de crédit est donc effectivement relativement bas sur le marché français.

Par ailleurs, il faut également noter qu’en réalité les taux de prêt immobilier ne sont pas si bas. En effet, l’inflation étant particulièrement faible (0,7% sur le premier semestre 2014), les marges des banques sur les prêts immobiliers ne sont en fait pas si faibles et ne les mettent donc pas en danger outre mesure.

De fait, les banques du marché ne semblent pas prêtes à renoncer à proposer des taux très bas : les premiers barèmes que nous sommes en train de recevoir pour le mois de juillet montrent que la course aux nouveaux clients se poursuit. Aucun partenaire n’a encore remonté ses taux, et un certain nombre d’entre eux ont même annoncé de nouvelles baisses significatives. Plus que jamais, c’est donc le moment de réaliser vos projets immobiliers, en commençant par faire une simulation de prêt immobilier, gratuite et sans engagement.

Par Xavier Laneurie

© 2014 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Le prêt à taux fixe bientôt tué par Bâle ?

Le prêt à taux fixe bientôt tué par Bâle ?

Le Comité de Bâle, chargé de la régulation du marché bancaire à l’échelle internationale, s’intéresse de plus près aux risques spécifiques des prêts à taux fixe. Dans son collimateur notamment les banques françaises qui prêtent à taux fixe sur de longues durées et se refinancent à court terme.
D’après l’AGEFI, le Comité de Bâle devrait faire des propositions significatives à ce sujet d’ici la fin de l’année...

Abattement de 25% sur les plus-values immobilières : plus que 3 mois !

Abattement de 25% sur les plus-values immobilières : plus que 3 mois !

Ce n’est pas une nouveauté : la taxation des plus-values immobilières est pour le moins fluctuante. De fait, depuis quelques années il se passe rarement un an sans qu’un gouvernement propose un nouveau calcul de la taxe, supposé être plus juste et/ou plus efficace que le précédent. Quoi qu’il en soit, la précédente réforme introduite le 1er janvier 2013 instaurait, outre un inédit et pour le moins complexe calcul de la taxation des plus-values immobilières...

Le prêt à taux mixte, un nouveau crédit en plein essor

Le prêt à taux mixte, un nouveau crédit en plein essor

Cela n’a pas du vous échapper, les taux de prêt immobilier continuent de baisser et c’est tant mieux pour les emprunteurs. Toutefois, les prix de l’immobilier restant élevés, les emprunteurs continuent d’emprunteur sur de longues durées (20 ans en moyenne) alors qu’ils revendent leur bien plus rapidement (7 ans en général) dans la plupart des cas. C’est pourquoi, certaines banques ont mis au point des produits dont le taux est fixe pendant une durée plus courte (de 5 à 10 ans) et qui varient...

Frais de notaire : on y voit enfin plus clair !

Frais de notaire : on y voit enfin plus clair !

Il aura fallu patienter jusqu’au mois de mars pour connaître la décision de la majorité des conseils généraux concernant l’augmentation (ou non !) des frais de notaire dans chaque département. En effet, ce point a dans la plupart des cas été au cœur du débat sur le budget 2014 des départements, et souvent à l’origine du report du vote de celui-ci.