Abattement de 25% sur plus-values : plus que 3 mois !

Ce n’est pas une nouveauté : la taxation des plus-values immobilières est pour le moins fluctuante. De fait, depuis quelques années il se passe rarement un an sans qu’un gouvernement propose un nouveau calcul de la taxe, supposé être plus juste et/ou plus efficace que le précédent.
Quoi qu’il en soit, la précédente réforme introduite le 1er janvier 2013 instaurait, outre un inédit et pour le moins complexe calcul de la taxation des plus-values immobilières, un abattement supplémentaire et temporaire de 25% sur le montant de la plus-value.

Temporaire, car il est prévu qu’il ne soit disponible que jusqu’au 31 août 2014. Pour être précis, il ne concernera que les opérations pour lesquelles l’acte authentique notarié sera signé avant cette date. En pratique, si vous signez une promesse de vente avant le 31 août mais que l’acte définitif est programmé à une date postérieure, vous ne pourrez pas en profiter.

C’est pourquoi, s’il est dans votre intention de vous séparer d’un bien immobilier à court terme, nous ne saurions trop vous conseiller de le faire dans les plus brefs délais. En effet, la différence d’imposition peut se révéler assez importante selon que vous signerez avant ou après le 31 août.

Une hausse d'impôt très significative

Par exemple, pour un bien acheté en mars 2009 pour la somme de 150 000€ et revendu 180 000€ aujourd’hui, la plus value taxable est de 22 500€ (30 000€ - 25%), pour une taxe due de 7 762,50€.

En revanche, si vous ne revendez votre bien qu’après le 31 août, la plus-value taxable sera de 30 000€ pour une taxe due de 10 350€. Il serait quand même dommage de renoncer à près de 2 600€ faute d’avoir anticipé ce changement de fiscalité...

Bien sûr, chaque projet est différent et c’est pourquoi nous avons développé un outil de calcul adapté qui vous précisera la perte à envisager selon que vous revendrez votre bien avant ou après le 31 août.

Curieusement ce changement de fiscalité, pourtant prévu depuis plus d'un an, ne semble pas provoquer d'effet d'aubaine. On ne note donc pas de hausse significative du nombre de biens en vente ou de baisse des prix de l'immobilier. A croire que les propriétaires ne sont pas au courant de ce qui les attend dans 3 mois...


© 2014 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Le prêt à taux mixte, un nouveau crédit en plein essor

Le prêt à taux mixte, un nouveau crédit en plein essor

Cela n’a pas du vous échapper, les taux de prêt immobilier continuent de baisser et c’est tant mieux pour les emprunteurs. Toutefois, les prix de l’immobilier restant élevés, les emprunteurs continuent d’emprunteur sur de longues durées (20 ans en moyenne) alors qu’ils revendent leur bien plus rapidement (7 ans en général) dans la plupart des cas. C’est pourquoi, certaines banques ont mis au point des produits dont le taux est fixe pendant une durée plus courte (de 5 à 10 ans) et qui varient...

Frais de notaire : on y voit enfin plus clair !

Frais de notaire : on y voit enfin plus clair !

Il aura fallu patienter jusqu’au mois de mars pour connaître la décision de la majorité des conseils généraux concernant l’augmentation (ou non !) des frais de notaire dans chaque département. En effet, ce point a dans la plupart des cas été au cœur du débat sur le budget 2014 des départements, et souvent à l’origine du report du vote de celui-ci.

Frais de notaire : hausse (presque) générale

Frais de notaire : hausse (presque) générale

Il aura fallu patienter jusqu’au mois de mars pour connaître la décision de la majorité des conseils généraux concernant l’augmentation (ou non !) des frais de notaire dans chaque département. En effet, ce point a dans la plupart des cas été au cœur du débat sur le budget 2014 des départements, et souvent à l’origine du report du vote de celui-ci.

Renégocier son prêt immobilier : il n’est pas trop tard !

Renégocier son prêt immobilier : il n’est pas trop tard !

Après une demande importante de renégociations de prêt immobilier au premier semestre 2013 suite à la forte médiatisation par la presse des taux de prêt historiquement bas, la demande s’est tarie. Pourtant, d’après les chiffres dont nous disposons, près d’un emprunteur sur deux aurait encore intérêt à renégocier son crédit immobilier. Bonne nouvelle, c’est encore possible dans d’excellentes conditions !