Taux de prêt immobilier : c’est aussi les soldes !

Cela ne vous a probablement pas échappé tant le sujet a été traité dans les médias au cours de ces derniers jours : les taux de prêt immobilier ont atteint un niveau historiquement bas, battant leur précédent record de fin 2010. Vous souhaitez en profiter pour acheter un bien immobilier ou renégocier votre taux actuel ? Nous vous donnons tous les conseils pour réussir votre projet et réaliser d’importantes économies.

Des taux de crédit immobilier si bas sont d’abord une bonne nouvelle pour les ménages souhaitant réaliser un projet immobilier : accession à la propriété, résidence secondaire, investissement locatif... Ces baisses de taux contrebalancent en effet la hausse des prix de l’immobilier.

Nul besoin d’être cadre supérieur pour emprunter...

C’est d’autant plus vrai que contrairement à ce qui a beaucoup été dit dans la presse, les conditions d’octroi des banques ne sont pas si draconiennes. On a notamment pu lire ou entendre ici ou là que seuls des ménages disposant d’au moins 50 000€ d’apport et de 5 000€ de revenus mensuels pouvaient encore emprunter.

De tels chiffres ne reflètent pas la réalité du terrain : il est tout à fait possible pour des ménages disposant de revenus modestes d’accéder à la propriété, pour peu que ces revenus soient stables (au moins un CDI). Par ailleurs, nombre d’établissements prêteurs n’ont aucune difficulté à financer des projets immobiliers avec un apport faible, voire sans apport du tout.

Ce n’est pas forcément le cas de toutes les banques mais en passant par un courtier en prêt immobilier qui connaît bien les possibilités de chaque établissement, vous aurez davantage de chances de trouver la solution idéale.

N’hésitez donc pas à faire une simulation de prêt immobilier sur notre site pour savoir si votre projet est finançable, et obtenir immédiatement une proposition de principe chiffrée, sélectionnée parmi les meilleures offres de nos banques partenaires.

La renégociation, c’est maintenant !

Par ailleurs et depuis une dizaine de jours (c’est-à-dire depuis que les médias ont décidé de s’y intéresser), de nombreux emprunteurs font des demandes de renégociation de taux immobiliers. Généralement, il s’agit de ménages ayant emprunté il y a un à cinq ans, à des périodes où les taux étaient significativement plus élevés.

Cette période de taux extrêmement bas est effectivement très favorable au rachat de crédit immobilier : en faisant racheter votre prêt actuel par un autre établissement prêteur, vous pourrez bénéficier des taux actuels pour le reste de votre remboursement... Plus il vous reste d’années à rembourser, plus ce sera intéressant !

Ce faisant, vous aurez le choix :

  • conserver la même durée de crédit et abaisser votre mensualité,
  • conserver la même mensualité et diminuer la durée de votre prêt,
  • ou un habile mélange des deux, selon vos besoins.

Quelle que soit l’option choisie, cela représentera un gain en termes de coût total du crédit pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros sur toute la durée de remboursement.

Attention toutefois, même si les taux n’ont jamais été aussi bas qu’aujourd’hui et que votre taux actuel est donc très probablement plus élevé, le jeu n’en vaut pas forcément la chandelle. En effet, il faut prévoir certains frais inhérents au rachat :

  • les indemnités de remboursement anticipé (généralement 6 mois d’intérêts, dans la limite de 3% du capital restant dû)
  • les frais de la nouvelle garantie à prendre (par exemple la caution Crédit Logement dont une partie des frais initiaux vous sera reversée lors de la mise en place du rachat)
  • des frais de dossier.

Il faut noter que dans la plupart des cas les frais de garantie et de dossiers ne pourront pas être intégrés au rachat de crédit et l’emprunteur devra les payer directement.

Afin de déterminer si une telle opération peut vous être profitable, nous vous engageons à utiliser notre calculatrice de rachat de prêt immobilier ou à faire une demande de rachat de prêt en ligne : l’un de nos conseillers financiers spécialisés sera à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et vous accompagner tout au long de vos démarches.


© 2013 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

PTZ Plus 2013 : enfin des chiffres !

PTZ Plus 2013 : enfin des chiffres !

On connaissait depuis quelques semaines les grandes lignes de la réforme du PTZ Plus qui entrera en vigueur au 1er janvier 2013. Toutefois, aucun chiffre précis n’avait été dévoilé, et les conditions l’éligibilité restaient floues. Aujourd’hui, sans que le dispositif n’ait encore été définitivement voté, nous sommes tout de même en mesure de vous dévoiler les nouvelles conditions de ce prêt immobilier aidé, et de mettre une calculatrice actualisée à votre disposition.

Nouveaux tarifs pour la caution SACCEF

Nouveaux tarifs pour la caution SACCEF

Outre le leader du marché Crédit Logement, plusieurs autres organismes proposent des produits de caution. Parmi eux, la Compagnie Européenne de Garanties et Cautions, filiale de Natixis adossée au groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne) est un acteur important avec 224 000 prêts immobiliers cautionnés en 2011 à travers son produit phare, la caution SACCEF. Aujourd’hui, la Compagnie Européenne de Garanties et Cautions annonce une légère hausse de...

Crédit Immobilier de France : l’Elysée donne de l’espoir

Crédit Immobilier de France : l’Elysée donne de l’espoir

Le plan mis en place en septembre lorsque l’Etat avait du apporter sa garantie au Crédit Immobilier de France pour lui éviter la faillite prévoyait la gestion en extinction de la banque, et donc à terme sa disparition. Une perspective inacceptable pour les 2 500 salariés du groupe, qui s’y sont vigoureusement opposés, arguant par ailleurs de la vocation de financement social du CIF. Ils semblent que le chef de l’Etat et le gouvernement les aient entendus, puisqu’aujourd’hui l’Elysée...

Perte du triple A : quelles conséquences pour les taux immobiliers ?

Perte du triple A : quelles conséquences pour les taux immobiliers ?

Après Standard & Poor’s en janvier 2012, c’est au tour de l’agence Moody’s de dégrader la note de la dette française. Cette marque de défiance aura-t-elle des effets négatifs sur les taux d’intérêt français, et par voie de conséquence sur les taux de prêt immobilier ? Il semble que le risque d’un tel scénario soit plutôt modéré.