Baisse de la taxation des plus-values immobilières

François Hollande l’avait annoncé en juin : la fiscalité des plus-values sur les résidences autres que principales va baisser le 1er septembre 2013. Cette mesure devrait inciter les propriétaires à mettre en vente leurs biens et donc à redynamiser le marché de l’immobilier. Le Bulletin Officiel des Impôts (BOI) ayant publié les détails de ce nouveau barème, il est à présent possible d’évaluer ses avantages.

Depuis 2012, les propriétaires qui revendent un bien immobilier autre que leur résidence principale sont soumis à une fiscalité particulièrement lourde : ils n’en sont exemptés qu’après 30 ans de détention.

Aujourd’hui, cette fiscalité est sur le point de changer : elle sera plus légère, mais son calcul s’avère passablement plus complexe.

Deux calculs de la plus-value imposable différents pour une même vente

Alors que jusqu’à présent l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) dus étaient calculés sur la base d’une plus-value imposable unique, à partir du 1er septembre ils seront calculés séparément, avec des abattements pour durée de détention différents :

  • Pour l’impôt sur le revenu, la plus-value imposable bénéficie d’un abattement de 6 % par année de détention au-delà de la 5ème et jusqu'à la 21ème et de 4 % pour la 22ème année,
  • Pour les prélèvements sociaux, l’abattement est en revanche de 1,65 % par année de détention au-delà de la 5ème et jusqu'à la 21ème, de 1,60 % pour la 22ème année et de 9 % pour chaque année au-delà de la 22ème.

Ce qui fait deux plus-values imposables différentes...

En clair, le vendeur est exonéré d’impôt sur le revenu au bout de 22 ans, et de prélèvements sociaux au bout de 30 ans.

A ce calcul déjà compliqué vient en outre s’ajouter un abattement exceptionnel de 25% sur ces 2 plus-values imposables, valable jusqu’au 31 août 2014.

Un exemple pour s’y retrouver

Prenons l’exemple d’un investisseur qui revend 200 000€ sa résidence secondaire achetée 150 000€ il y a 10 ans. A cette occasion, il réalise une plus value brute de 50 000€.

Avec l’ancien barème, il bénéficiait d’un abattement de 5 x 2% = 10%, soit une plus-value imposable de 45 000€. Le montant de la taxe due était donc de 45 000 x 34,5% = 15 525€.

Après la réforme :

  • Pour l’impôt sur le revenu il bénéficiera d’un abattement de 5 x 6% = 30%, soit une plus-value imposable de 26 250€, abattement exceptionnel de 25% déduit. Il paiera donc 26 250 x 19% = 4 987,50€ d’impôt sur le revenu,
  • Pour les prélèvements sociaux il bénéficiera d’un abattement de 5 x 1,65% = 8,25%, soit une plus-value imposable de 34 406,25€, abattement exceptionnel de 25% déduit. Il paiera donc 34 406,25 x 15,5% = 5 333€ de prélèvements sociaux.

La taxation totale sera donc de 10 320,50€.

La différence entre les 2 dépasse 5 000€ : la réforme est donc favorable au vendeur, et après calcul il s’avère que c’est le cas quel que soit le montant de la plus-value ou la durée de détention.

Une bonne nouvelle donc, d’autant que vous n’aurez pas à vous creuser la tête pour déterminer votre impôt : nous avons déjà mis à jour notre calculatrice d’imposition des plus-values immobilière, en tenant compte de toutes ces nouveautés.

La surtaxe sur les plus-values de plus de 50 000€ maintenue

Dans ces conditions, les observateurs s’interrogeaient sur le maintien de la surtaxe sur les plus-values élevées. En effet, en cas de plus-value imposable supérieure à 50 000€, le vendeur est redevable d’une taxe supplémentaire, instituée le 1er janvier 2013.

Or comme on vient de le voir, il y a 2 calculs différents de la plus-value imposable : laquelle est-elle prise en compte ?

Le BOI y répond très clairement : « Elle est assise sur les plus-values immobilières imposables [...] à l'impôt sur le revenu [...], d'un montant supérieur à 50 000 €. »

La surtaxe est donc maintenue, son montant étant en revanche plus bas pour la vente d’un bien de plus de 5 ans, puisque le montant imposable sur lequel elle est calculée sera plus bas.

Une bonne nouvelle pour un marché grippé

Avec cette réforme, le gouvernement affiche son ambition : relancer le marché immobilier en incitant des propriétaires jusqu’ici refroidis par le niveau de la fiscalité à proposer leurs biens à la vente.

Par ailleurs, l’allègement de la fiscalité les incitera probablement à consentir plus facilement des rabais lors de la négociation avec les acheteurs, fluidifiant ainsi les transactions.


© 2013 Source CyberPrêt.com

Dernières actualités

Volume de crédits immobiliers en hausse de 35%

Volume de crédits immobiliers en hausse de 35%

Dans son dernier baromètre, l’Observatoire Crédit Logement annonce une augmentation de 35,3% du volume des crédits octroyés par les banques entre le 1er et le 2ème trimestre 2013. Au-delà de l’effet rachat de prêt immobilier qui l’explique en grande partie, est-ce aussi un signe d’une reprise du marché immobilier ?

Suppressions de postes chez GE Money Bank

Suppressions de postes chez GE Money Bank

General Electric, groupe présent dans des nombreuses activités (énergie, eau, industrie, mais aussi finance et banque), devrait supprimer plus de 600 postes en France au cours des 12 prochains mois dont 222 dans la branche Finance incluant le crédit immobilier. Cette mauvaise nouvelle vient s’ajouter à la disparition programmée du Crédit Immobilier de France.

Assurance emprunteur : une association défend vos droits

Assurance emprunteur : une association défend vos droits

Après les « pigeons » et les « poussins », voici les « Piou Piou » de l’association AEC (Assurance Emprunteur Citoyen) qui milite pour une ouverture et une clarification du marché de l’assurance de prêt. Les « Piou Piou » souhaitent prendre la défense des consommateurs en leur permettant de choisir librement leur assurance au moment de la souscription d’un prêt immobilier.

Assurance de prêt : une réforme trop timide

Assurance de prêt : une réforme trop timide

Le mercredi 5 juin, l’Assemblée Nationale a commencé l’examen en seconde lecture du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Ce texte très attendu comporte notamment un certain nombre de réformes du secteur de l’assurance de prêt immobilier.